real-estate-tag-line

Je suis un étranger dans ce monde

J’ai parcouru l’Univers d’un bout à l’autre, mais je n’ai pu trouver un endroit où reposer ma tête. Et je n’ai connu aucun des humains que j’ai rencontrés, ni un individu qui ait voulu prêter l’oreille à mon âme.

Lorsque je sors pour trouver la lumière, l’ombre de mon corps me suit, mais l’ombre de mon esprit me précède et me ramène vers un endroit inconnu à la recherche de choses qui dépassent mon entendement.

Elle possède plusieurs noms, mais une seule réalité. Elle a de nombreuses apparences, mais elle est faite d’un seul élément. En vérité, elle est une maladie perpétuelle que chaque génération lègue à ses successeurs.

J’ai trouvé l’esclavage muet qui associe la vie d’un homme à une femme qu’il abhorre, et qui dépose le corps de la femme dans le lit d’un mari qu’elle hait en étouffant spirituellement leurs deux existence.

J’ai trouvé l’esclavage sourd qui étouffe l’âme et le coeur et qui fait de l’homme l’écho vide d’une voix et l’ombre pitoyable d’un corps.

J’ai trouvé l’esclavage infirme qui place le cou de l’homme sous le joug d’un tyran et qui soumet les corps vigoureux et les esprits faibles aux fils de l’Avidité, afin qu’ils puissent s’en servir comme instruments de leur pouvoir.

J’ai trouvé l’esclavage affreux qui descend du spacieux firmament avec l’âme des enfants pour pénétrer dans la maison de la Misère, où le Besoin vit de l’Ignorance et où l’Humiliation côtoie le Désespoir. Les enfants grandissent en miséreux, vivent en criminels et meurent en êtres inexistants, méprisés et rejetés.

J’ai trouvé l’esclavage subtil qui donne aux choses d’autres noms que les leurs, qui appelle malice l’intelligence, vide une connaissance, faiblesse une tendresse et lâcheté un ferme refus.

J’ai trouvé l’esclavage retors, qui fait remuer avec crainte les langues des faibles et les pousse à parler contre leurs sentiments. Ils feignent alors de méditer sur leurs devoirs, mais ils deviennent aussi vides que des sacs qu’un enfant peut plier et suspendre.

J’ai trouvé l’esclavage courbé qui oblige une nation à subir les lois et les règlements d’une autre nation, et dont la courbure est plus grande de jour en jour.

J’ai trouvé l’esclavage qui marque pour toujours du sceau de la honte et de la disgrâce les fils innocents des criminels. Quand on contemple l’esclavage on découvre qu’il possède le vicieux pouvoir de se perpétuer et de se propager.

Lorsque je me sentis las de suivre les âges dissolus et fatigué de regarder des peuples lapidés, je marchai en solitaire dans la Vallée de l’Ombre de la Vie, où le passé essaie de se cacher dans un sentiment de culpabilité et où l’âme du futur se replie et se repose trop longtemps. Là, sur les berges de la Rivière du Sang et des Larmes qui rampent comme une vipère venimeuse et se tord comme les rêves d’un criminel, j’ai entendu le murmure effrayé des fantômes des esclaves et j’ai regardé le néant.

Lorsque vint minuit et que les esprits jaillirent de leur cachettes, je vis un spectre cadavérique et mourant tomber sur les genoux et regarder la lune. Je m’en approchai et lui demandai:

« Quel est ton nom ? » « Mon nom est Liberté »
Jean Marc Henry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 hours ago

Jean Marc Henry

Un Blanc qui parle aux Blancs, ....un Blanc qui parle aux Noirs.

Ce que j'écris ce jour pourrait plaire , ni aux Blanc ni aux noirs . je sais pourtant que je ne suis pas un homme parfait, mais ce dont je suis sûre c' est de n’être pas partisans d'un hypocrisie sur des réalités que Blancs et Noirs connaissent.

Je suis fatigué de voir que nous ne sommes même pas capable de dire la vérité , que nous fermons les yeux sur notre histoire. Or l'’Afrique ne pourra pas changer avec ce type de comportement tant que nous n’aurons pas le courage de prendre le taureau par les cornes et d’avouer notre médiocrité partagée .

Les Blancs doivent arrêter de prendre l’Afrique pour une terre d’imbéciles à leur avantage sans prendre en considération une réalité qu'ils connaissaient pourtant bien.

Au lieu de votre FMI , de votre Banque mondiale qui égorge l’Afrique pour une domination totale, l' anesthésiant avec des belles paroles que plus personnes ne peut croire, tout cela pour un profit sans limites .

Vous les blancs vous êtes coupables sans aucune excuse , quand vous acceptez de vendre des armes a des gouvernements qui les utilisent contre leurs propres peuples pour rester au pouvoir, vous etes coupables !

Vous les Blancs vous êtes coupables quand vous acceptez de fermer les yeux sur des gouvernants qui , au lieu de construire un pays le détruit pour garder vos intérêts au chaud pour leur règne a l’infini de génération en génération.

Vous les Blanc vous êtes coupables de la dégradation d’un continent qui est devenu pour vous une terre de guerres, de massacres , où la loi du sang règne à votre convenance, avec vos speudos aide a la défense contre un terrorisme que vous créez vous-mêmes.

Les Noirs, vous êtes coupables de votre propre décadence à cause de votre tribalisme qui détruit vos pays pour rester dans le règne du pouvoir.

Vous les Noirs vous êtes coupables de ce qui vous arrive, car vous acceptez pour quelques billets de banque , le règne de ceux qui vous dirigent .

Vous les Noirs vous êtes coupables , car vous fermez les yeux sur votre destiné par manque de courage d’affronter une triste réalité qui ne fera que grandir dans vos pays , car la valeur d’un homme se trouve dans ses décisions au lieu d’avoir toujours des excuses que plus personne peu croire.

Vous les Noirs vous êtes coupables de votre égoïsme.

Au lieu de vous soutenir, main dans la main , contre un système qui vous détruit et qui ne fera que vous détruire vous préfèrez dire. ...." Dieu sauve NOUS ....Dieu ait pitié de NOUS ....Dieu aide NOUS !"

Vous les Noirs vous êtes coupables de laisser votre destin dans les mains d’une poignée de tortionnaires à la solde de l’occident.

Vous les Noirs vous êtes coupables de laisser le continent le plus riche du monde qui n’a même pas de routes, de centres médicaux , d’infrastructures dignes de ce nom , etc … car vous préférez la petite pièce de monnaie au vrai développement. Comment des pays qui n’avaient rien sont devenue des pays dit développés, parce que ils ont pris les ressources de l’Afrique ! NON ils ont pris des décisions pour leurs pays.

Vous les Noirs vous êtes coupables de vivre avec les subventions du monde quand vous avez a tout dans votre propre pays et que vous n'auriez besoin de personne.

Je suis conscient que ,ce que ce que je dis ne plait pas a tout le monde. Mais au moins j’ai le courage de le dire malgré les menaces. Car je crois en une Afrique forte, une Afrique d’avenir, une Afrique du futur car quand on a la change d’avoir le continent le plus riche du monde et que malgré tout on se présente comme le continent le plus pauvre; il y a vraiment des questions à se poser sur l’homme Africain.

Tant que l’Afrique ne va pas croire en l’Afrique et à son peuple, l’Afrique restera une terre sans avenir.

Jean Marc Henry
...

View on Facebook

8 hours ago

Jean Marc Henry

Le temps est grave,

Tout autour je vois mon peuple qui bave.
Cette bave provoquée par la mauvaise gouvernance bat son plein.

Le peuple lutte pour la liberté mais jusqu'à là rien n'a changé.
La prépondérance du peuple que se réclame cette démocratie. N'est qu'un slogan pour amuser la galerie.

La volonté de bâtir la nation n'a point ça place dans le coeur des élus, sauf des grandes idées conçues pour le mieux piller.

Sans masque et vergogne, la démocratie est devenue le pourvoir de la minorité géré par un système organisé pour dominer le peuple qui aspire à la véritable liberté.

Après l'accession au pouvoir Ils procèdent à la main mise sur les autres pouvoirs et se partagent la direction des institutions.

Mais comment la Démocratie se déguise en oligarchie.

L'aristocratie ou l'autocratie ?

A quoi sert de bâillonner le peuple et lui infligeant des soumissions ?

N'est il pas celui là qui vous a donné le pouvoir. Et pourquoi est il le premier à subir vos déboires. La presse ne fait pas son jobe librement, la police quant à elle réprime le peuple cruellement et l'on ne sait où manifester librement les droits et libertés qui accompagnent la fameuse démocratie.

Le peuple souffre amèrement mais les gouvernants assistent à ces trains trains de la vie qui nous paralyse aujourd'hui.

Nous sommes las d'écouter vos beaux discours.

Nous avons bien besoin de changer le cours de notre histoire.
...

View on Facebook